Main Menu  

   

Jalons sur la route de l'unité

Intervention du père René Girault (résumé)

Le père René Girault , ancien responsable du Secrétariat national catholique pour l'unité des Chrétiens, en France, est l'auteur d'un remarquable ouvrage paru en 1983, intitulé; 3l'Oecuménisme, où vont les Eglises? Il y affirme que la division des Eglises Chrétiennes n'a que trop duré, et que le XXème siècle est celui d'un immense effort pour recomposer le corps unique du Christ.Le paysage des Eglises est en train de se renouveler. Un premier seuil a été franchi : le passage de l'unité par absorption (chacune des Eglises souhaitant absorber les autres) à l'unité conçue comme mystère (l'unité dans le temps et par les moyens que le Christ voudra).

Un second seuil reste à franchir, c'est le choix entre deux orientations : ou bien les Eglises s'acceptent telles qu'elles sont (c'est un progrès par rapport ' à l'absorption mais ce n'est pas suffisant : c'est trop facile), ou bien elles s'engagent toutes dans une démarche de "conversion" (c'est beaucoup plus difficile).

René Girault cite quelques exemples de "conversions": le cardinal Etchegaray écrivant que "Luther est un chrétien sorti tout droit de l'Evangile"; le BEM (document du Conseil oecuménique sur Baptême, Eucharistie, Ministère) appelant à l'écoute réciproque des Eglises; la brochure du Comité mixte catholique-protestant Consensus oecuménique et différence fondamentale alertant les catholiques sur l'importance trop grande qu'ils accordent à l'Eglise et les protestants sur leurs manques à cet égard.

Un orateur rappelle que nous vivons une situation transitoire, un entre-deux inverse de celui du XVI, siècle. Nous allons d'un passé où les Eglises étaient clairement séparées vers un futur qui; au terme d'un mûrissement, nous unira. A nouveau des exemples: la "double appartenance" des foyers mixtes; les cas d'hospitalité eucharistique; des communautés fondées dans une Eglise (Taizé, le Chemin Neuf) mais ouvertes à des chrétiens d'autres confessions; l'évolution du Groupe des Dombes qui a progressivement passé en cinquante ans d'un face à face à un côte à côte.

Bref, le maître mot de l'oecuménisme aujourd'hui doit être celui de "metanoia", de conversion des Eglises.

Intervention du pasteur Mîchel Leplay (résumé)

Le pasteur Michel Leplay est l'ancien Directeur du journal "Réforme" , organe officiel de l'Eglise Réformée de France ; son engagement oeucuménique sans équivoque, respecte l'exigence d'authenticité et d'identité des confessions Catholiques et Réformées.

Le pasteur Michel Leplay introduit son exposé par un rappel, de textes d'accord particulièrement significatifs pour les foyers mixtes, en particulier les deux documents du Comité mixte catholique-protestant sur le baptême et le mariage (NDLR: Foyers Mixtes no 71 p. 58-63) et celui du Groupe des Dombes Vers une même foi eucharistique ? Il conclut : "Hommes et femmes jetés à l'eau du baptême nous devons et nous pouvons nous mettre ensemble à la table de l'eucharistie". Il estimé aussi que, "à l'occasion de bénédictions de mariages', prêtres et pasteurs réalisent "combien le ministère qu'ils exercent dans des structures pourtant bien différentes a beaucoup plus de points communs que de fractures réelles".

Les foyers mixtes sont ferments d'unité. Comme l'ont écrit René Beaupère et Jacques Maury, les foyers mixtes constituent, "dans la communion de l'Eglise, des flots réconciliés qui développent les potentialités contenues dans la réalité de l'unique baptême mutuellement reconnu".

Les foyers mixtes sont aussi exigence d'authenticité: ils "ont vocation de veiller sur l'authenticité chrétienne de l'une et de l'autre de nos traditions et de leur évolution récente". Le rôle théologique des foyers mixtes est très important "en sorte que nous ayons correction mutuelle d'un protestantisme parfois plus libéral et culturel que christologique et d'un catholicisme qui est parfois plus hiérarchique et romain qu'évangélique".

Les foyers mixtes sont enfin repère d'identité : "Nous avons à retrouver ou à garder nos identités mais en refusant tout intégrisme... nous avons à reconnaître nos spécificités propres sans esprit de conquête et sans condescendance". Le mouvement oecuménique, dont les foyers mixtes sont acteurs et témoins, contribue à mieux définir la spécificité du christianisme. "il doit s'appliquer non seulement à la recherche de l'unité chrétienne, qui n'est pas un but en elle-même, mais aussi au dialogue et au service avec l'ensemble de l'humanité". Ce qui conduit à un modèle où ni l'Eglise ni même le Christ ne sont au centre, mais Dieu lui-même: seul ce modèle théocentrique permet de "prendre au sérieux les autres religions sans les annexer, sans les repousser".

En conclusion, Michel Leplay éclaire ses propos avec les paraboles du grain de moutarde et du levain.